Accueil Actualités

0
Booking.com VS Fairbooking

Si vous avez regardé Capital sur M6 hier soir, vous avez sûrement dû apprendre que le site Booking.com n’est pas tout blanc. Certes, le site centralise un grand nombre d’hôtels et permet de simplifier la réservation. Oui, mais …

Oui mais Booking prend une commission de 15% sur chaque réservation effectuée, ce qui assassine les marges des hôteliers. Il ne faut pas rêver, cette commission est répercutée sur le prix de la nuit affichée sur Booking. Cela signifie au passage que Booking ne propose pas le prix le moins cher.

En décrochant votre téléphone pour appeler directement l’hôtelier (oui c’est ce qu’on faisait tous il y a encore quelques années, rappelez-vous!), vous bénéficierez, spontanément ou avec une légère négociation, d’une réduction aux alentours de 10/15%. En plus de cette réduction, vous constaterez souvent que les hôteliers sont heureux d’avoir leurs clients au téléphone avant de les accueillir car avec Internet et l’automatisation des réservations, il n’y a plus aucun échange entre l’hôtelier et le client.

Et si vous ne souhaitez plus passer par Booking mais que vous n’aimez pas le téléphone, utilisez fairbooking.com. Ce site permet de mettre en relation directe l’hôtelier et le client, sans intermédiaire et gratuitement, et ainsi de bénéficier de réductions sans forcément décrocher son téléphone.

 

0
twiztour_test

Samedi 21 juin, une date que l’on associe volontiers à l’été (enfin) ou à la fête de la musique. Pour moi, c’était le jour du test ! J’ai donc testé pour vous le Twiztour. Derrière ce petit nom se cache un parcours guidé avec GPS dans Paris, au volant d’une petite voiture électrique. Présentation et impressions.

Avant toute chose, il est nécessaire d’avoir le permis ou d’avoir des amis qui ont le permis. Et si vous n’avez pas le permis et que vous n’avez pas d’amis non plus, il n’y aura pas de twizy (la rime, c’est cadeau). Bref, les petites voitures électriques sont stationnées aux pieds de la Tour Eiffel, à côté des bateaux vedettes. Une fois sur place, il faut remplir un papier et une caution est à fournir : 800 euros. Oui c’est beaucoup mais une voiture, ça coûte cher ! Rassurez-vous, le montant n’est pas prélevé, la machine prend juste l’empreinte de votre carte bancaire. Les détails administratifs réglés, un petit cours rapide de conduite d’une voiture électrique s’impose.

La voiture électrique Twizy

Pour moi, c’était la première fois que je conduisais une voiture électrique. La Twizy a donc deux pédales (une pour le frein, une pour l’accélérateur), puisque c’est une boîte de vitesse automatique et pas de rétro central. Au début, c’est un peu déstabilisant (disons, les trois premières minutes) mais on s’y fait vite. La voiture est bi-place, mais petit inconvénient, le passager est derrière le conducteur. (Pour ce qui est de la description même du véhicule, je vous laisse apprécier la photo). Ah, et un avantage important à préciser tout de même, la Twizy est silencieuse. Par contre, si vous êtes fan de vitesse, ce n’est pas la peine d’essayer. La voiture a une vitesse maximale de 50 km/h. Non, on ne double pas en Twizy !

Le parcours guidé

Vous avez différents types de tours. Il peut durer une, deux ou trois heures et vous avez même la possibilité de le faire de nuit (le mardi et le samedi). Pour ma part, j’ai choisi de faire un tour d’une heure, appelé « L’incontournable ». Le GPS (installé par l’équipe Twiztour, pas besoin de ramener le sien, je précise) vous guide (c’est tout ce qu’on lui demande) à travers Paris en vous racontant de petites anecdotes sur les monuments que vous croisez. Je vous l’avoue, certaines histoires ne sont pas réellement passionnantes mais ont le mérite d’être instructives. Je suis donc partie de la Tour Eiffel, et le GPS m’a racontée l’arnaque du siècle, celle de Victor Lustig, « l’homme qui a vendu la Tour Eiffel ». Mais je vous laisse découvrir l’histoire ! Je suis passée par (dans le désordre) les Invalides, le Petit et le Grand Palais (Savez-vous les différencier ?  Je sais maintenant !) mais aussi les Champs-Elysées (Prendre le rond-point de l’Etoile en Twizy était épique, je vous le conseille).
A chaque monument, le GPS nous invite à nous arrêter pour prendre des photos et profiter pleinement des anecdotes. Et là, la Twizy offre un avantage de taille. Encore mieux que la Smart, garer la voiture électrique est un jeu d’enfant !

Une expérience originale

Faire un Twiztour est un peu cher, c’est vrai. Les tarifs vont de 25 à 75 euros selon la durée et le tour choisis. Cela dit, c’est un très bon moyen de visiter Paris, plus original que les bateaux mouches. Je vous conseille de l’essayer à trois conditions : si vous aimez conduire (ou alors si vous aimez vous faire conduire), si vous êtes curieux et si vous aimez Paris, évidemment. Ah, et je vous recommande de tester lorsqu’il fait beau, c’est tout de même plus agréable.

 

 

A l’occasion du concours Google Science Fair, Angelo Casimiro, jeune inventeur de 17 ans, a présenté Electricity Harvesting Footwear. Le dispositif permet de recharger son smartphone en marchant, une aubaine pour les voyageurs hyper-connectés. 

C’est un fait, l’Homme effectue quelques 7000 pas par jour (imaginez s’il se perd). Le jeune Angelo Casimiro a décidé de tirer profit de cet effort journalier en s’intéressant à la piézoélectricité. La piézo-quoi ? La piézoélectricité est la propriété de certains corps à se polariser électriquement sous l’action d’une contrainte mécanique. Vous allez comprendre : le dispositif Electricity Harvesting Footwear se présente sous la forme d’une semelle dotée de membranes piézoélectriques qui génèrent de l’électricité à chaque pas. Ainsi, l’énergie sera stockée dans une batterie connectée au smartphone. Et ce dernier ne vous lâchera plus au milieu de la visite du musée Dali à Barcelone ou au moment du célèbre selfie australien « Moi et un kangourou ».

0
tripnco_appli voyage

En 2013, un tiers des Français déclarent ne pas sortir autant que souhaité par manque de « compagnons de sortie » disponibles. Partant de ce constat, le site internet Tripnco est né. L’appli voit le jour en avril 2014. Alors à quoi ça sert et comment ça marche ? 

L’application est dédiée aux loisirs et au voyage collaboratif. Le principe est simple : les utilisateurs vont pouvoir trouver des sorties et cerise sur le gâteau, des personnes avec qui partager cette activité.
En clair, vous êtes en vacances au Brésil et vous avez envie de faire un football (parce qu’en ce moment, c’est la mode) mais vos amis préfèrent rester devant la télévision et attendre que la France se décide à marquer. Vous entrez l’activité « football » dans l’application Tripnco et vous allez découvrir des plans proposés par des personnes qui ont la même envie que moi et entrer en contact avec toute une communauté.
Trouver des partenaires de foot ou de voyage, partager un guide pour une expo ou discuter d’un bon resto, il suffit juste d’avoir une envie.

Memotrips a eu l’occasion d’échanger avec Tripnco la semaine dernière dans le cadre du Startup Assembly. Les deux cofondateurs très sympas ont des idées plein la tête et une équipe pétillante : l’application n’en est encore qu’à ses débuts. De nombreuses nouveautés vont arriver au fur et à mesure des mises à jour.

0

Voilà quelques jours maintenant que le coup d’envoi de la Coupe du Monde a été donné au Brésil, j’aurais bien écrit un petit article sur le sujet, mais je ne suis pas vraiment fan de foot, et je n’ai jamais mis les pieds au Brésil ! Alors plutôt que de vous raconter des bêtises, et de briller par mon ignorance, je vous ai rassemblé quelques une des demandes parfois étonnantes des équipes aux hôtels qui les accueilleront.

Je n’ai jamais chaussé les crampons, mais je veux bien croire que jouer une Coupe du Monde ne soit pas de tout repos ! Entre les entrainements, les matchs, les interviews, les fêtes pour célébrer les éventuelles victoires… le choix de l’hôtel ne peut être négligé ! Mais quand toute une équipe de foot se déplace, elle ne se contente pas d’une chambre avec petit déjeuner !!

Tour d’horizon des demandes les plus étonnantes des équipes à leurs hôtels :

Algérie : Un exemplaire du Coran doit être à disposition dans la chambre de chaque joueur ainsi que sur les lieux d’entrainement de l’équipe.

CDM Savon-SEO (2)Chili : Les chambres doivent toutes être équipées de télévisions et de lits neufs!!

Équateur : Un panier de bananes doit être mis à disposition tous les jours dans la chambre de chaque joueur. Des bananes d’Equateur bien évidemment !!

Japon : L’équipe japonaise exige que chaque chambre dispose d’un jacuzzi.

Uruguay : La climatisation des chambres doit impérativement être totalement silencieuse ! Il ne faudrait pas perturber le sommeil de ces messieurs !

Australie : L’équipe australienne souhaite avoir à sa disposition des journaux du monde entier.

CDM Savon-SEO (1)France : Nos chers Bleus exigent du savon liquide dans leurs salles de bain, ces derniers ne pourraient supporter de se laver avec un savon dur !!! Nos chers compatriotes réclament aussi une salle de jeux vidéos à leur disposition dans l’hôtel.

Plus que quelques semaines avant de savoir quoi du savon liquide, des bananes ou du Coran permet de mieux jouer au foot ! A suivre… Bon et si un joueur me lit et qu’il souhaite profiter de son bel hôtel pour réaliser un magnifique carnet de son voyage au Brésil, qu’il se manifeste, on lui fera tester Memotrips en avant-première !!!

Source : lancenet.com.br

0

L’été approche à grands pas et les plus chanceux vont partir en vacances. Très loin ou moins loin, le but étant d’échapper quelques jours ou quelques semaines à la routine du quotidien. Appareil photo autour du cou, smartphone dans une main, guide du Routard dans l’autre, les voyageurs vont se fabriquer des souvenirs et constituer un carnet de voyage, véritable journal des expériences vécues. Du carnet de voyage papier au carnet en ligne, il n’y a qu’un pas : Memotrips.

Raconter ses visites, donner des détails sur les monuments ou encore commenter la prestation d’un hôtel sont des attitudes presque naturelles chez tout bon voyageur qui se respecte. Mais nous ne sommes que des êtres humains et il est clairement impossible de se souvenir de tous les noms des restaurants californiens qu’il ne faut absolument pas manquer ou les détails historiques de la Tour de Pise. Ainsi, il peut être utile de tenir un carnet de voyage. Au-delà de son aspect pratique, il permet de revivre ses vacances étape par étape les jours où la nostalgie est trop grande. Mais il est également indispensable pour partager ses expériences avec le plus grand nombre. Selon le voyageur, le carnet sera plus ou moins complet et détaillé. Certains préfèrent le papier et d’autres se tournent plus volontiers vers des applications comme Memotrips.

La version papier du carnet de voyage

Pour confectionner le meilleur carnet de voyage possible, il existe des carnets assez petits et pratiques mais le risque est toujours de manquer de place. Vous pourriez opter pour un cahier 24×32, 180 pages (à spirales parce que c’est plus beau), une boîte de crayons de couleurs (pour l’originalité), du scotch (pour les cartes de visites) et une bonne dose de patience. Une fois rentrés, le teint halé et les bras chargés, la problématique est toujours la même pour les voyageurs jet lagés : quelque 900 photos à trier, un carnet de voyage prêt à exploser et des souvenirs (un peu) en vrac.
Le carnet de voyage papier c’est bien mais cela demande de la motivation et un soupçon d’organisation. Si vous passez des heures à écrire pourquoi vous avez adoré la ville de Palerme en Sicile mais qu’au moment de raconter vos aventures, vous ne retrouvez pas la bonne page et vous peinez à retrouver la bonne photo (d’ailleurs, elles sont où les photos ? Encore sur l’appareil ou déjà sur l’ordi ?), vous allez vite vous rendre compte que votre audience (souvent la famille et les amis) préfère discuter du premier match de la Coupe du Monde. Oui, c’est dur à encaisser.

Le carnet de voyage en ligne

Vous êtes hyper-connecté, et pour vous les mots « twitter », « instagram », « pinterest » et « facebook » ne sont pas obscurs, vous avez 350 applications sur votre iPhone et vous avez mal à la main quand vous écrivez deux lignes, il semble plus sûr d’opter pour un carnet de voyage en ligne à l’aide d’applications comme Memotrips (La 351ème tant attendue). Photos, étapes, hôtels, restaurants, musées ou encore rue bizarre qui mérite qu’on la mentionne, toutes les informations relatives au voyage peuvent être ajoutées en temps réel avec l’application ou sur le site web. La fonction « suivre un voyageur » va permettre aux personnes qui le souhaitent de recevoir une notification dès que le voyageur mettra son carnet à jour. (Pour en savoir plus, c’est par ici)
Le petit plus d’un carnet de voyage en ligne : éviter les conflits familiaux ou amicaux d’ailleurs. Vous n’aurez plus qu’à glisser subtilement dans la conversation que votre carnet de voyage est très complet et surtout, consultable à tout moment.

 

1

Dans le cadre de la Journée mondiale pour un tourisme responsable, deux conférences étaient organisées mardi 3 juin 2014 au sein du Conseil Régional d'Ile de France. L'une sur l'avenir du tourisme social et l'autre sur le tourisme solidaire. Memotrips a assisté à la conférence sur l'avenir du tourisme social : vers de nouveaux concepts au service de l'économie locale.

Journée Mondiale du tourisme responsable

Pour discuter de ce passionnant sujet d’actualité, plusieurs acteurs étaient présents :

  • Pour la partie « numérique », Nicolas Ferrary, directeur France de AirBnB et Marc Arthur Gauthey, connecteur tourisme de Oui Share
  • Pour la partie « traditionnelle », André Dupon, président du Mouves, Grégoire Mallet, directeur marketing de VVF Villages et Gilles Caire, professeur d’économie à l’université de Poitiers

Introduction par Gilles Caire

On commence avec une introduction de Gilles Caire qui oppose plusieurs citations pour illustrer ses propos.

Le tourisme social existe depuis 150 ans. Il expose quatre idées fondatrices autour du tourisme solidaire et social :

  1. Le tourisme social est un tourisme épanouissant pour désaliéner le travailleur. Le tourisme peut être pratiqué par tous. Autrefois, seuls les travailleurs pensaient pouvoir partir en vacances. Aujourd’hui, moins de la moitié des ouvriers partent en vacances. Chez les agriculteurs, seuls 40 % partent en vacances. Gilles Caire parle de droit aux vacances, aussi bien pour les chômeurs que pour les travailleurs. Pourtant, le taux de départ en vacances est en régression.
  2. Recréer du sens au tourisme. On apprend que la première auberge de jeunesse a été ouverte en Ile de France en 1929. Elle symbolisait le foyer de la paix car le but était de faire se rencontrer les jeunes français et allemands.
  3. Le tourisme locavore avec un exemple de Dubai, synonyme de tourisme sous bulle complétement artificialisé, pour lequel les touristes parcourent des milliers de kilomètres en avion.
  4. Un tourisme riche. La moitié des nuitées des français est non marchande (chez des amis, de la famille, etc). Depuis le remaniement du gouvernement après les élections municipales de 2014, le ministère du tourisme est désormais rattaché au ministère des affaires étrangères.   Débats autour de cette idée de non marchand puisqu’il inclut également les résidences secondaires qui ont été acquises à un moment donné par ceux qui en profitent.

Table ronde

Table ronde

Photo : @Jmtr_tourisme

Nicolas Ferrary (Directeur France d’AirBnB)

Après une rapide présentation du service, plusieurs chiffres sont présentés :

  • 600.000 annonces dans 190 pays.
  • 25.000 annonces à Paris, dont 70% en dehors des arrondissements touristiques (exemple du XIX et du XX arrondissement).
  • 50% des dépenses des voyageurs ont lieu à proximité de leur lieu d’hébergement.
  • En France, 1/4 des annonces sont des chambres chez l’habitant.
  • 11 millions de personnes ont utilisé AirBnB pour trouver un logement depuis 2008.
  • La moyenne d’âge des utilisateurs est de 35/40 ans, plutôt urbain, mais cette tendance est en recul.
  • En moyenne, l’hébergement est de 5 nuits en passant par AirBnB VS 2 nuits en moyenne en hôtel.

Approche locale et authentique, surtout en chambre chez l’habitant. Une économie d’usage: le voyageur ne va pas consommer une nouvelle ressource pour se loger mais utiliser une ressource inexploitée. Anecdote: les parents du directeur France d’AirBnB louent une chambre à Gif sur Yvette pour 25 euros la nuit qui trouve un franc succès malgré l’éloignement des lieux touristiques parisiens (et le scepticisme de leur fils!).

 Grégoire Mallet, directeur marketing de VVF Villages

VVF Villages est une association. C’est le premier opérateur de résidence associative. Très orienté responsable, une réduction est proposée aux clients en fonction du quotient familial pour aider les familles à partir en vacances. Les villages de vacances sont à taille humaine. G. Mallet nous explique qu’ils viennent de signer leur 200ème contrat d’avenir et développent l’emploi dans les zones où il en manque. VVF Villages se développe surtout là où les concurrents ne sont pas : 80% des villages ne sont pas proches du littoral. Les 5 valeurs défendues par VVF Villages sont :

  • Bonjour
  • Découverte
  • Partager
  • Envie
  • « cent gages »

VVF Villages mise sur l’humain pour son aspect social et solidaire : intégration, soirées, rencontres, découverte des territoires.

Plein d’humilité, G. Mallet nous informe que VVF Villages accueille 400.000 vacanciers par an, avec un taux de satisfaction de 97%.

Marc Arthur Gauthey, connecteur tourisme chez Oui Share

Nous avons tout d’abord le droit à une belle définition du collaboratif. Pour M.A Gauthey, le collaboratif est synonyme d’échange avant, pendant et après via le Web pour faire des choses dans la vraie vie. C’est le principe même de AirBnB ou de Oui Share. Un sondage rapide de la salle prouve que le collaboratif est bien ancré, même si le panel n’est pas représentatif.

En découlent quelques paradoxes sur ces nouveaux touristes qui ne veulent pas l’être, qui fuient les endroits les plus fréquentés en suivant un guide vendu à … 400.000 exemplaires. Certainement le moment le plus passionnant de ce débat.

Conclusion par Gilles Caire

G. Caire reprend la parole pour conclure cette table ronde en focalisant sur le rôle des enfants au sein du collaboratif. Les enfants sont le lien entre les différentes familles qui se retrouvent dans une maison d’hôtes ou en village vacances. N. Ferrary rappelle aussi qu’un but du tourisme collaboratif et solidaire est de créer du lien et surtout de le garder après le séjour. Il cite l’exemple d’un voyageur ayant fait le tour du monde et ayant été exclusivement hébergé chez des personnes qu’il avait logées auparavant via AirBnB.

Séances de questions/réponses

Table ronde

Merci à tous les participants !

L’accessibilité des personnes handicapées a été soulevée. VVF Villages et AirBnB indiquent clairement sur leur site si le logement possède l’équipement nécessaire pour accueillir des personnes handicapées. Une interrogation est soulevée sur l’environnement se trouvant autour des logements.

Nous avons également découvert que AirBnB ne rejette pas l’idée d’ouvrir de nouveaux services, toujours dans l’optique de faciliter la vie des voyageurs.

 

 

Enfin, en guise de conclusion, A. Dupon nous explique qu’en France, le focus est mis sur l’accueil des touristes (notamment les chinois) plutôt que sur le solidaire et le local.