Accueil Non classé

0

Si vous allez bientôt à Dubaï, mieux vaut prévoir votre voyage en avance et surtout étudier les différentes possibilités qui s’offrent à vous une fois sur place.

Il faut dire que cette ville de luxe attire chaque année de plus en plus de voyageurs venant découvrir la destination. Avec plus de 45 degrés en été et 25 degrés en hivers, il vaudra mieux privilégier les transports en commun pour vous déplacer. Ce n’est pas là-bas que vous allez battre votre record de pas journalier même si vous utilisez un traqueur d’activité 😉

Que Visiter en 3 jours ?

Souvent les escales ou séjours à Dubaï sont courts, car ils ne constituent qu’une étape avant d’arriver en Asie ou en Océanie. Il faut donc optimiser le temps au maximum une fois sur place. Je vous donne ici mon top 5 des activités à faire à Dubaï, mais si vous restez plus de temps, sachez qu’il y a bien d’autres activités à faire et à découvrir sur Dubaï et ses environs.

  1. Visite du Burj Khalifa

C’est la plus haute tour du monde alors elle mérite bien un détour. Au retour des vacances vous pourrez vous vanter auprès des collègues. Vous pourrez aller jusqu’au 124 -ème étage pour découvrir une vue magnifique sur tout le centre de Dubaï

  1. Faire un safari en 4×4 dans le désert

A quelques kilomètres du centre-ville, c’est le désert et le sable que vous trouverez un peu partout. Vous pouvez partir en excursion sur une demi-journée à bord d’un 4×4. Le chauffeur vous emmènera alors dans les dunes. Sensations fortes garanties ! La journée continuera avec une initiation au sandboarding et un bon barbecue

  1. Faire du ski à Dubaï

Voilà une activité incroyable à découvrir sur place : faire du ski dans l’un des pays les plus chauds sur Terre. Pour cela il faudra vous rendre dans un centre commercial, le Mall of Emirates. C’est ouvert tout au long de l’année

  1. Profiter de la plage

Si vous allez à Dubaï, n’oubliez pas votre crème solaire ! Car le soleil peut-être très très fort. Si vous souhaitez vous rendre à la plage, je vous conseille la plage proche du Burj-Al-Arab, vous en profiterez également au coucher du soleil

  1. Le plus grand centre commercial au monde

Dubaï Mall c’est le plus grand centre commercial au monde. Il faut y aller pour voir cela. C’est gigantesque avec des magasins à perte de vue. Mieux vaut ne pas se perdre. ;)

Voilà pour le top 5 des activités sur Dubaï, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter dans les commentaires.

 

0

Jérome Colombain était ce matin à France Info pour nous parler du transport aérien selon Air France-KLM à l’heure du numérique.

À une époque où le voyage aérien est de plus en plus contraignant, entre contrôle de sécurité, un confort limité pour certains vols, en classe éco sans parler de la sur-réservation, certaines compagnies innovent pour améliorer le confort du voyageur avant et pendant le vol sur d’autres domaines. En effet, il est très difficile au moment où nous vous écrivons cet article (au lendemain sur salon Viva Technology 2017 de Paris) de remédier à tous ces problèmes tant la demande pour les vols aériens est de plus en plus forte et la sécurité une chose indispensable à notre époque dans la conjoncture actuelle.

Mais alors que va changer Air France-KLM ? Quelles idées veulent-ils mettre en place pour évoluer dans un monde où le numérique prend de plus en plus de place ? Jérôme Colombain était là pour nous le confier sur France Info.  Dans les prochaines années, il faut s’attendre à voir arriver la dématérialisation du support client et de es documents de voyage (comme sa carte d’embarquement). Voici quelques exemples de projets présentés par Air France-KLM au salon VivaTech de Paris cette année :

  • il sera possible, et c’est quasiment fait, de recevoir sa carte d’embarquement par Facebook Messenger
  • on pourra aussi dialoguer avec une intelligence artificielle pour répondre à toutes nos questions relatives à notre vol. Par un chatbot (par exemple savoir ce qu’on peut emporter ou pas dans nos bagages, ou sont nos bagages, etc…)
  • ces chatbots pourront aussi gérer les problèmes de retard d’avion, par exemple, selon que vous souhaitez rentrer chez vous en taxi, ou dormir dans un hôtel à l’aéroport, le chatbot pourra vous aider et régler ce souci.
  • l’intelligence artificielle que veut mettre en place Air France-KLM pourra aussi s’occuper de vous pour vous enregistrer automatiquement sur un vol de remplacement.

Et bien sur, comme le dit Jerome Colombain, l’avantage aussi d’un chatbot est qu’on pourra l’insulter copieusement sans s’en prendre à un employé des compagnies aériennes comme c’est le cas tous les jours.

Enfin, nous avons même appris par cette chronique que dans le futur, il sera possible de voyager sans passeport grâce à la biométrie et notamment la reconnaissance faciale. En effet, un selfie ID fera preuve de votre identité et pour le valider vous n’aurez qu’à scanner la puce NFC de votre passeport pour que tout soit en règle, mais nous n’en sommes encore pas la puisqu’à l’aéroport Charles De Gaulle cette solution est testé avec encore un contrôle du passeport pour assurer la sécurité du vol que vous prenez. 

Vous pourrez alors préparez votre carnet de voyage Memotrips en même temps que votre carte d’embarquement et votre passeport.

Le lien du podcast si vous souhaitez réécouter sa chronique : http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18998-16.06.2017-ITEMA_21359726-0.mp3

0

Vous n’imaginez pas tout ce que vous pouvez faire avec une pièce de monnaie. On ne va pas vous parler de l’opération des pièces jaunes mais plutôt d’une astuce que chaque voyageur se doit de connaitre.

Au retour d’un voyage ou d’un week end, nous sommes nombreux à constater que les radio réveils clignotent et que les horloges ne sont plus à la bonne heure. La faute à une coupure de courant … oui mais de combien de temps ? Est-ce que les aliments de votre congélateur ont eu le temps de recongeler ? Est-ce que vos yaourts ont eu le temps de souffrir ? On vous dévoile une astuce qui vous aidera à connaitre la réponse.

Pour cela, vous avez besoin d’une tasse, d’une pièce de monnaie, et d’eau ! Commencez par disposer une tasse d’eau dans votre congélateur. Attendez que toute l’eau gèle puis sortez-là pour y placer votre pièce. Remettez la tasse dans votre congélateur. C’est tout !

Grâce à la tasse, quand vous rentrez chez vous, vous pouvez savoir si votre nourriture s’est réchauffée, puis gelé à nouveau, ou si elle est restée congelé tout le temps où vous étiez en voyage.

Si la pièce est tombée au fond de la tasse, cela signifie que tous les aliments ont eu le temps de décongeler, et que vous devez les jeter. Mais si la pièce est toujours sur le dessus, c’est que les aliments n’ont pas eu le temps de décongeler.

Et même en dehors d’un voyage, c’est toujours une bonne idée de laisser cette tasse systématiquement dans votre congélateur : si l’électricité s’arrête, vous serez toujours sûr de pouvoir consommer ou non vos aliments en toute sécurité!

Même Mac Gyver de l'a pas trouvé celle-ci !

Même Mac Gyver de l’a pas trouvé celle-ci !

Nous ne sommes pas à l’origine de cette astuce qui revient à Shiela Pulanco Russell lors d’un post sur Facebook.

0

Vous avez pu découvrir les endroits les plus chauds sur Terre grâce à notre article. Et bien aujourd’hui, la chaleur est toujours présente. Et bien si vous le souhaitez, voici les endroits les plus froids du monde, préparez votre valise et partez vous refroidir.

Vuoggatjalme, Suède, -52,6

Il s’agit de la ville la plus froide d’Europe puisqu’en 1966, la température ressentie fut de moins 52,6 degrés.

Ust Schugor, Oural, Russie, -58,1

Le 31 décembre 1978.

Prospect Creek, Alaska, États-Unis, -62,1

Le 23 janvier 1971, en Alaska, la température a été de moins 62,1 degrés. 

Snag, Yukon, Canada, -63

En 1947, c’est au Canada qu’a été enregistré la température la plus froide d’Amérique du Nord, elle est de -63 degrés.

North Ice, Groenland, -66,1

Cette température de -66,1 degrés a été enregistrée en 1954.

Verkhoyansk, Yakoutie, Russie, -67,8

Cette température aurait été enregistré au XIX ème siècle. Cependant, la température annuelle y est de -14,7 degrés Celcius. 

Oimiakon, Yakoutie, Russie, -71,2

Cette température a été enregistré en 1926. La capitale déjà très froide de la Yakoutie s’appelle Yakoutsk ! Il y fait -50 degrés très régulièrement, néanmoins traditionnellement les habitants s’accordent à dire qu’à Oimiakon on enregistre 10 degrés de moins qu’à Yakoutsk. 

Et enfin, si vous n’avez pas eu assez froid voici les trois endroits ou les températures sont les plus froides de notre Terre. Merci à Easy Voyage et l’Huffington Post pour leur aide avec leurs deux articles sur ce sujet.

Et c’est en Antarctique que se trouve ces trois endroits, alors si vous êtes amateurs de sensations « froides » préparez votre valise bien rempli et partez au plus au nord de notre globe. 

Base d’Amundsen-Scott, Antartique, -82

Il s’agit du lieu le plus au Sud qui est habité en permanence.La température moyenne y est de -50 degrés Celcius. La température la plus basse enregistrée a été de -82 degrés.

Station russe Vostok, Antarctique, -89,2

En 1983, les russes enregistrèrent -89,2 degrés Celcius. Au niveau de leur base de recherche scientifique à l’est de l’Antarctique.

Le plateau de l’Est, Antarctique.

L’endroit le plus froid sur terre a été découvert en Antarctique. Ce sont des scientifiques de la NASA qui ont observé une température record de -93,2 degrés celsius. C’est pendant une nuit claire du mois d’août 2010 (ce qui correspond à l’hiver austral) que cette température de -93,2 degrés a été détectée au bout de 32 années d’observation, quelque part sur une ligne de crête du plateau de l’Est à 4 093 mètres d’altitude entre les monts Argus et Fudji… Cet endroit est donc le lieu le plus froid de la planète.

0

Vendredi 19 mai 2017, Memotrips était présent à la conférence captivante de Travel With A Mission. Nous avons pu constater que partir en voyage peut aussi servir à tous, que ce soit à notre Terre, à nous, pour notre épanouissement personnel, ou alors à des gens défavorisés. TWAM nous a fait le portrait de voyageur hors du commun.

Cette conférence avait pour objectif de présenter la seconde version de la plateforme Travel With A Mission, un service qui a pour objectif de mettre en relation des personnes ou des associations, institutions, en voyage humanitaire avec des voyageurs souhaitant aller les aider dans leurs missions. Grâce à celle-ci, Memotrips a pu découvrir différents types de voyageurs voulant donner un sens humanitaire à leur voyage.

Jérémie Soun, « Y’a pas de problème »

Ce jeune breton a pour projet de faire découvrir le cirque aux enfants.

Il s’est surtout déplacé en Amérique du Sud et notamment dans une favela, pas encore pacifié, de Rio de Janeiro. Son but : changer les idées des enfants en leur faisant découvrir autre chose que la violence dans laquelle ils vivent tous les jours. Dans son pitch, il nous a raconté une anecdote au Paraguay où il a créé des masses de jonglage en se servant dans la décharge d’à côté. Avec une bouteille en plastique, un manche à balai et du ruban adhésif, il a réussi à donner le sourire aux enfants heureux de pouvoir jouer avec lui.

Pierre Le Corf

Ce fut surement le moment le plus émouvant de cette conférence. En effet, ce jeune de 27 ans, vit depuis maintenant un an et demi dans la ville d’Alep en Syrie. Il est parti car il pensait que sa vie devait servir à quelque chose, qu’il devait aller aider ces personnes. Il ne savait même pas s’il pourrait rester plusieurs mois. Depuis son arrivé, son quotidien est rythmé par les tirs de roquette et les bombes.

Sa mission : permettre aux enfants d’avoir un suivi psychologique, de sortir de cette vie effroyable et leur apprendre les gestes qui pourront sauver des vies. 

Pierre, lorsqu’il nous expliquait tout cela n’a pas pu retenir son émotion : il se rend quotidiennement sur le terrain lors des bombardements pour pratiquer les gestes de premier secours. Un discours émouvant, le public n’a pas pu se retenir lorsque, d’un seul souffle, tout le monde s’est mis à l’applaudir chaleureusement et à le féliciter pour son impact sur la vie à Alep.

Zikaround

Moment un peu plus gai, lorsque cet ancien ingénieur est arrivé sur scène pour nous raconter son histoire. Accompagné de sa guitare, il fait le tour du monde pour partager sa passion : la musique. Joyeux comme jamais, cet homme nous a fait découvrir que la musique était un langage universel et a fini sa présentation par l’interprétation de plusieurs de ces chansons, entre inspiration latino-manouche, Zikaround puise de toutes ses expériences pour ravir vos oreilles.

Mohamed Tajeran

C’est le Nicolas Hulot de Téhéran, mais en plus voyageur ! En effet, cet iranien a parcouru 52 pays pendant 10 ans, pour frapper à la porte d’école et sensibiliser les enfants à la nature qui nous entoure. Mais il ne s’est pas arrêté la ! Tout au long de ces voyages, il a fait planter des arbre aux écoliers du monde entier car pour lui le plus important sur notre Terre, c’est la nature et tout ce qu’elle peut nous apporter.

Mamafélé

Acronyme du prénom des deux parents et de leurs deux enfants, cette association, à la base familiale, propose des spectacles non verbaux dans les quatre coins du globe. Sur le thème de l’eau et de la forêt ils ont parcouru de nombreux pays dans des conditions difficiles (dans un village de l’Himalaya, par exemple), pour un total de 250 spectacles et d’environ 35 000 spectateurs multiculturels.

Depuis peu, ces suisses ont arrêté de parcourir le monde pendant de longues années et consacrent maintenant 6 à 8 semaines par an, pour voyager et faire découvrir leur mise en scène à des personnes de différents milieux et de différentes cultures. De quoi éveiller tous ces sens, comme nous le confie le père Marcus.

Justine Laborde

C’est la seule Twamhost que nous avons pu entendre ce soir là. Elle fait partie d’une ONG brésilienne dans une favela maintenant dirigée par une milice para-militaire et accueille des personnes avec un projet concret pour les enfants et les adolescents. À la base, son ONG lutte contre les inégalités du Brésil entre les écoles publiques et privées et donnent donc des cours de soutien de langue, maths, histoire, informatique, etc.

Christian Clot

Son nom vous dit quelque chose ? C’est normal ! Cet explorateur a déjà fait plusieurs apparitions télévisuelles pour expliquer son action. Explorateur de l’extrême, il se rend dans les endroits où les conditions sont les plus difficiles pour étudier le comportement de notre cerveau et son adaptation. Du désert le plus chaud (70 degrés) aux endroits les plus froids sur Terre, pendant ces 20 ans de voyage, Christian Clot a pu affirmer qu’il faut 30 jours pour que notre cerveau se transforme et s’adapte aux conditions les plus extrêmes. Cela lui, cela vient de l’émerveillement de l’endroit où nous sommes. Le cerveau réagit à ce qui est vu et à l’émerveillement que le paysage procure.

Milan Bilhman

Il a créé l’association « Optimistic Traveler » avec son compère Muammer Yilmaz. Les deux voyageurs ont parcouru le monde entier en 80 jours sans un centime. Se rendant d’école en école, ils parlaient aux enfants pour leur communiquer un message motivant et leur montrer que la vie est belle par ce que l’on en fait. Milan nous a raconté pendant son pitch une anecdote qui nous a marqué : le jour où Muammer et lui ont fait de l’avion stop et ont fini au bout de 12 refus à embarquer dans un jet privé pour changer de continent.

Ils ont maintenant le projet de créer une nouvelle association « I Have a Dream Africa »

Et vous, avez vous envie de partir effectuer une mission humanitaire avec Travel with a mission ?

0

Cogofly, c’est le Facebook de demain pour les voyageurs. Vous avez organisé seul votre périple, et bien Cogofly jouit d’une communauté vous permettant d’être connecté avec des personnes du monde entier.

Preuve de son développement rapide, Cogofly sera bientôt disponible en chinois et en espagnol, en plus du français et de l’anglais. Ce site entièrement gratuit, pour le moment, mais bientôt disponible avec une version premium compte 3500 utilisateurs.

Cogofly, c’est l’assurance de ne pas partir seul dans un monde où nous comptons 4 millions de personnes seules et 18 millions de célibataires, le marché est bien présent.

Alors, quelle utilité ?

Cogofly c’est avant tout un site internet de communauté. Vous pouvez rentrer en contact avec une personne dans les quatre coins du monde afin de boucler votre séjour déjà préparé depuis quelque temps mais en solo. Cette idée d’un marseillais, part d’un constat, que trop de personnes partent seuls.

Ce service permet de mettre en relation différents voyageurs pour partager les frais, partager des bons conseils, des bons plans, s’aider, etc. Comme il est dit sur leur site internet « Trouvez une personne de confiance, proche de chez vous, où à l’étranger, et planifiez ensemble vos voyages… Weekends et sorties pourront aussi être programmés et partagés. »

Logo Cogofly

L’autre idée de Cogofly, c’est de trouver toutes les informations dont nous avons besoin pour un voyage. Fini les recherches sans fin sur les nombreux forums, retrouvez tout ce dont vous avez besoin sur le site internet (et dans Memotrips). Pour l’avoir essayer, grâce à un article de La Tribune, je peux me permettre de vous dire qu’il est simple d’utilisation et l’interface agréable. 

On peut être amené à croire que cette idée innovante ne prendra pas beaucoup de temps à se développer et à devenir un outil indispensable pour vos futurs périples.

Facilitez vous le voyage ! Trouvez votre bonheur avec des avis personnalisés pour chaque mode de voyage.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur Cogofly, préparez votre carnet de voyage Memotrips, décollez et retrouvez une personne au quatre coins du monde et découvrez ensemble le pays de vos rêves. 

0

Cuba est un État insulaire qui soutient son authenticité. Séjourner dans ce pays est une occasion pour les vacanciers de bénéficier d’une expérience inoubliable. Cette contrée offre une véritable hospitalité exceptionnelle grâce à l’accueil chaleureux de ses habitants ainsi que leur culture animée. Les hôtels de luxe y sont presque inexistants, ce qui fait partie de son charme. Ses plages ne sont pas bombées et ses restaurants sont tous typiques. Un passage à La Havane permet aux globe-trotters de profiter de ce que cette ville la plus captivante des Caraïbes a à offrir. Fort de son histoire centenaire, cette agglomération est l’une des principaux attraits touristiques des Caraïbes. Elle dispose d’une richesse culturelle inestimable. Les aventuriers pourront, entre autres, lors de leur séjour, visiter La Habana Vieja, le quartier historique de la métropole. Ce secteur a une structure caractérisée par des monuments baroques et néoclassiques qui lui a valu une place dans la liste du patrimoine de l’humanité.

Découvrir la vallée de Viñales et les paysages de Trinidad à cheval

Programmer un voyage sur mesure Cuba est aussi un moyen d’expérimenter des activités insolites du pays. Les visiteurs sont invités à découvrir le pays à travers une balade à cheval. Pendant l’aventure, ils vivront au rythme des traditions et des cultures cubaines. Au départ de La Havane, les routards pourront se rendre à l’ouest, notamment à Viñales. Cette ville servira de point de base pour explorer la fameuse vallée du même nom. Les vacanciers y goûteront au plaisir d’une randonnée équestre dans un décor constitué d’un beau relief karstique, de buttes montagneuses de calcaire, mais aussi d’orangers, de bougainvillées et de plants de tabac. Ils y verront également une cavité particulière, surnommée Cuevas del Indio ou la grotte des Indiens ainsi qu’une immense fresque murale de dinosaure, un chef-d’œuvre commandé par Fidel Castro. Par ailleurs, Trinidad, une municipalité de la province de Sancti Spíritus, est à ne pas manquer pour ceux qui sont en quête d’une expérience en équitation. Il est possible d’y effectuer tout type de balade à cheval, allant des plus longues promenades aux plus courtes randonnées.

SONY DSC

Astuces et conseils pour une randonnée équestre réussie

Les Cubains ont une véritable culture équestre. Des chevaux, on en trouve partout dans le pays. Ils constituent même un moyen de transport et de travail très courant. Les vacanciers croiseront sûrement des cowboys et des enfants rentrant de l’école à cheval durant leur séjour. Cet État insulaire des Caraïbes est donc une destination par excellence pour les adeptes de l’équitation. Quelques paramètres sont, cependant, à considérer avant d’entreprendre cette activité lors d’un voyage sur mesure Cuba. En effet, bien qu’il soit facile de s’y procurer d’un cheval, il est quand même important d’être vigilant dans le choix pour ne pas tomber sur des chevaux en triste état, boiteux et parfois avec des plaies sous la selle. Il en est de même pour le matériel. En ce qui concerne les guides, les visiteurs devront se méfier de ceux qui font la randonnée la plus vite possible pour pouvoir rentrer chez eux plus tôt.

0

Il y a des pays que l’on veut visiter au moins une fois dans sa vie. Faire un voyage au Japon est ainsi un voeux partagé par de plus en plus de touristes. Pourtant c’est une destination qui peut paraitre complexe à plus d’un titre. Voyons ensemble les points essentiels pour découvrir le pays du soleil levant et vivre des moments inoubliables.

Depuis quelques années le Japon s’est ouvert au tourisme de masse, à tel point que le nombre de touristes visitant le pays est maintenant supérieur au nombre de japonais visitant un pays étranger.  Il faut avouer que le gouvernent a fait de gros efforts sur l’accueil et les infrastructures. C’est par exemple le cas avec un affichage des informations en anglais dans tous les transports en commun des grandes villes. Si la langue était une véritable barrière il y a quelques années, ce n’est de nos jours plus le cas. Et surtout les japonais ont un véritable sens du service, ils n’hésiteront pas à vous aider spontanément s’ils vous voient chercher votre chemin.

La multiplication des liaisons aériennes vers le Japon a fait aussi fortement baisser le prix du voyage. S’envoler pour Tokyo est maintenant accessible au plus grand nombre, et c’est là aussi un facteur de développement du tourisme. Enfin, entrer dans le pays ne nécessite aucune formalité administrative particulière (sauf à avoir un passeport en cours de validité), si votre séjour dure moins de 90 jours.

Partir au Japon est donc de plus en plus facile, mais il s’agit quand même d’un voyage qui se prépare à l’avance afin de bien optimiser le temps sur place et surtout d’appréhender la différence culturelle. Car pour beaucoup c’est un mini choc, tant la différence avec notre société occidentale peut interpeler. Heureusement de nombreux voyageurs vous donnent des conseils pour bien préparer votre voyage au Japon.

Le Japon regorge littéralement de choses à voir : ses temples et sites classés au patrimoine mondial de de l’Unesco, ses ville à la fois modernes et traditionnelles. Il y a donc un choix important faire, car il est impossible de tout voir, même en restant un mois sur place. Cette sélection peut apparaitre comme douloureuse car finalement on ne va pas au Japon tous les ans. La peur de rater un endroit important pousse chaque voyageur à vouloir visiter le maximum.

Le « voyage à la course » est une spécialisé japonaise, ils n’ont aucun remord à faire un tour de l’Europe en 5 jours. Pourtant le Japon a tant à vous apporter lorsque vous savez regarder autour de vous et prendre le temps de vivre le moment présent.

En effet, contrairement d’autres pays d’Asie dans lesquels les attractions touristiques sont concentrées en quelques points, au Japon les curiosités sont à chaque coin de rue. Par exemple, dans une ville comme Tokyo, n’hésitez pas à vous écarter des grandes rues commerçantes et vous découvrirez certainement un petit sanctuaire de quartier où il n’y aura personne.

Pour un premier voyage au Japon, je vous conseille de vous concentrer sur les deux villes principales que son Tokyo et Kyoto. La capitale nipponne vous émerveillera par son agitation constante et la diversité de ses différents quartiers. Mais le Japon ce n’est pas uniquement Tokyo et partir quelques jours à Kyoto vous fera découvrir une culture plus traditionnelle. Les centaines de temples, sanctuaires et jardins sont sources de découvertes. Dans le quartier de Gion vous croiserez certainement quelques Geigha ou Maiko qui n’hésiteront pas à faire quelques photos avec vous.

Kyoto c’est aussi une ville formidable pour découvrir la gastronomie japonaise. Des saveurs subtiles bien différentes des plats aseptisés que l’on nous sert en France. Là encore, je vous invite à pousser la porte de petits restaurants de quartier. Ils sont souvent spécialisés dans un seul type de plat mais le côté intimiste du lieu a bien plus d’intérêt que les grands restaurants à touristes. Le chef cuisinera devant vous et échangera quelques mots. Même si vous ne parlez pas japonais, le contact est facile et vous apprendrez de nombreuses choses sur la culture japonaise.

En conclusion, la plus belle façon de découvrir le Japon est de se laisser porter par cette culture si fascinante, de visiter le pays par vous même et de vous faire votre propre opinion. Et nul doute qu’après votre premier séjour au Japon, vous n’aurez qu’une seule envie : y retourner.

0

Après vous avoir fait découvrir un classement des capitales d’Europe. Retrouvez, le classement des aéroports d’Europe et de France grâce à Flight Report. Quelles sont les aéroports qui trustent les premières places ? Bouclez vos ceintures, parez au décollage.

Ce classement a été publié par Flight Report le 29 mars 2017, sa méthodologie est une « moyenne des notes attribuées aux aéroports par les internautes de Flight-Report sur leurs récits pour des voyages effectués en 2016 (janvier 2016 – décembre 2016) ayant recueilli au moins 20 avis (départ et arrivée) et de de la part d’au moins 10 auteurs différents (départ). 2727 récits ont été utilisés pour établir ces notes. ». Ainsi Flight Report rappelle que cette étape indispensable du parcours du voyageur est souvent perçue comme une contrainte : longueur des files d’attentes, succession d’étapes fatigantes, pertes de temps.

En Europe

Catastrophe pour les aéroports français et tout particulièrement parisiens puisque le seul aéroport français à se trouver dans les 20 premières places est Toulouse-Blagnac avec une 7ème place européenne et une 17ème place mondiale. Toulouse Blagnac est donc le 1er aéroport de France, suivi par Nice-Côte d’Azur et pour compléter ce podium Marseille-Provence et Lyon-Saint Exupéry. Les aéroports parisiens, eux, n’arrivent que 8ème et 9ème dans ce classement et donc 48ème et 49ème, mondiale, cela se traduit selon le sondage, par un accueil parfois jugé mauvais, une propreté à revoir et des attentes trop longues.

En Europe, ce sont les aéroports nordiques qui trônent au classement. En effet, Stockholm-Arlanda, l’aéroport suédois, arrive en 3ème position, derrière l’aéroport danois de Copenhague et enfin en première position, pour la deuxième année consécutive, selon un classement de Edreams en 2016, il s’agit de l’aéroport finlandais Helsinki-Vantaa avec 8,42/10 de note moyenne. Comme le dit Flight Report dans son article « la compagnie Finnair semble avoir réussi son pari de proposer un hub efficace pour ses connexions entre Europe et Asie puisque HEL est un aéroport très efficace pour les correspondances, avec une signalétique claire et des infrastructures modernes et fonctionnelles ».

Classement Monde

Par AirInfo via Flight Report

 

Classement par région

Par AirInfo via Flight Report

Alors, préparez vos valises et choisissez votre aéroport favori et la capitale de votre choix, grâce à notre précédent article. N’oubliez pas votre carnet de voyage numérique via Memotrips ;)

0

Le Costa Rica est un petit pays de 51 100 km² se trouvant sur l’étroite bande de terre reliant le nord et le sud de l’Amérique. Cette contrée possède des lieux remarquables qui feront vivre des aventures mémorables aux voyageurs.

Manuel Antonio, un parc exceptionnel du Costa Rica

Le parc national Manuel Antonio est une destination à ne pas rater durant un voyage Costa Rica. Cette aire protégée de près de 16 km² se situe à une centaine de kilomètres au sud de San José, dans la province de Puntarenas. Elle fait partie des joyaux naturels du territoire costaricain. Dans cette étendue boisée, les amateurs de safari auront la chance de voir 109 espèces de mammifères, à l’instar de l’alouate, du singe-écureuil, du paresseux à trois doigts ou encore du capucin à tête blanche. Ils pourront également observer divers spécimens d’oiseaux et de reptiles comme l’iguane noir, le basilic commun, le tangara évêque et le quiscale à longue queue. Les amateurs de farniente trouveront aussi leur bonheur dans ce havre de paix. En effet, cette réserve compte de nombreuses plages qui raviront les vacanciers tels que PlayaEspadilla, Playa Manuel Antonio et PlayaPuertoEscondida. Par ailleurs, ce site offre aux adeptes de snorkeling plusieurs spots de choix pour admirer des récifs coralliens et diverses espèces de poissons.

Isla Del Cano, un paradis pour les plongeurs

Isla Del Cano est un must lors d’un voyage au Costa Rica. Cette petite île se trouve à une dizaine de kilomètres au large de la péninsule d’Osa. Elle est réputée pour être le « joyau du Corcovado ». Cette masse de terre est classée en tant que réserve biologique et pour cause, les eaux entourant cette formation géologique servent de refuge à diverses espèces d’animaux. De ce fait, cet endroit attire des adeptes de plongée en bouteille qui veulent découvrir la richesse naturelle de cette aire protégée. De nombreux spots sont à la disposition des aventuriers qui souhaitent s’adonner à ce sport nautique, à l’exemple de BajodelDiablo, la Cueva delTiburon, Los Arcos et Barco Hundido. Ces lieux offrent aux touristes la possibilité de voir de près des brracudas, des lutjans, des requins pointes blanches, des raies pastenagues, des tortues de mers et différents types de coraux. Ils donnent également la chance d’admirer des paysages hors du commun.

Le CerroChirripó, le point culminant du Costa Rica

Gravir le CerroChirripó est une des activités à ne surtout pas manquer pendant un voyage d’aventure au Costa Rica. Ce massif rocheux se situe dans le parc national du même nom. Avec son altitude de 3 820 m, cette montagne est la plus haute de tout le territoire costaricain. Sa cime principale garantit aux alpinistes une vue imprenable sur la réserve et ses alentours. De nombreux sentiers sont à la disposition des globe-trotters qui veulent atteindre le sommet de cette formation géologique. Lors de l’ascension, les amoureux de la nature auront l’occasion d’observer des oiseaux remarquables tels que le quetzal et la harpie féroce. Ils verront également des mammifères comme le puma, le coyote et le singe-araignée. À titre d’information, la période idéale pour escalader le CerroChirripó est durant la saison sèche (entre décembre et avril). Les routards doivent aussi réserver à l’avance le refuge pour éviter de mauvaises surprises.