Accueil Actualités Compte rendu de la conférence sur le tourisme social – 3 juin...

Compte rendu de la conférence sur le tourisme social – 3 juin 2014

1

Dans le cadre de la Journée mondiale pour un tourisme responsable, deux conférences étaient organisées mardi 3 juin 2014 au sein du Conseil Régional d'Ile de France. L'une sur l'avenir du tourisme social et l'autre sur le tourisme solidaire. Memotrips a assisté à la conférence sur l'avenir du tourisme social : vers de nouveaux concepts au service de l'économie locale.

Journée Mondiale du tourisme responsable

Pour discuter de ce passionnant sujet d’actualité, plusieurs acteurs étaient présents :

  • Pour la partie « numérique », Nicolas Ferrary, directeur France de AirBnB et Marc Arthur Gauthey, connecteur tourisme de Oui Share
  • Pour la partie « traditionnelle », André Dupon, président du Mouves, Grégoire Mallet, directeur marketing de VVF Villages et Gilles Caire, professeur d’économie à l’université de Poitiers

Introduction par Gilles Caire

On commence avec une introduction de Gilles Caire qui oppose plusieurs citations pour illustrer ses propos.

Le tourisme social existe depuis 150 ans. Il expose quatre idées fondatrices autour du tourisme solidaire et social :

  1. Le tourisme social est un tourisme épanouissant pour désaliéner le travailleur. Le tourisme peut être pratiqué par tous. Autrefois, seuls les travailleurs pensaient pouvoir partir en vacances. Aujourd’hui, moins de la moitié des ouvriers partent en vacances. Chez les agriculteurs, seuls 40 % partent en vacances. Gilles Caire parle de droit aux vacances, aussi bien pour les chômeurs que pour les travailleurs. Pourtant, le taux de départ en vacances est en régression.
  2. Recréer du sens au tourisme. On apprend que la première auberge de jeunesse a été ouverte en Ile de France en 1929. Elle symbolisait le foyer de la paix car le but était de faire se rencontrer les jeunes français et allemands.
  3. Le tourisme locavore avec un exemple de Dubai, synonyme de tourisme sous bulle complétement artificialisé, pour lequel les touristes parcourent des milliers de kilomètres en avion.
  4. Un tourisme riche. La moitié des nuitées des français est non marchande (chez des amis, de la famille, etc). Depuis le remaniement du gouvernement après les élections municipales de 2014, le ministère du tourisme est désormais rattaché au ministère des affaires étrangères.   Débats autour de cette idée de non marchand puisqu’il inclut également les résidences secondaires qui ont été acquises à un moment donné par ceux qui en profitent.

Table ronde

Table ronde

Photo : @Jmtr_tourisme

Nicolas Ferrary (Directeur France d’AirBnB)

Après une rapide présentation du service, plusieurs chiffres sont présentés :

  • 600.000 annonces dans 190 pays.
  • 25.000 annonces à Paris, dont 70% en dehors des arrondissements touristiques (exemple du XIX et du XX arrondissement).
  • 50% des dépenses des voyageurs ont lieu à proximité de leur lieu d’hébergement.
  • En France, 1/4 des annonces sont des chambres chez l’habitant.
  • 11 millions de personnes ont utilisé AirBnB pour trouver un logement depuis 2008.
  • La moyenne d’âge des utilisateurs est de 35/40 ans, plutôt urbain, mais cette tendance est en recul.
  • En moyenne, l’hébergement est de 5 nuits en passant par AirBnB VS 2 nuits en moyenne en hôtel.

Approche locale et authentique, surtout en chambre chez l’habitant. Une économie d’usage: le voyageur ne va pas consommer une nouvelle ressource pour se loger mais utiliser une ressource inexploitée. Anecdote: les parents du directeur France d’AirBnB louent une chambre à Gif sur Yvette pour 25 euros la nuit qui trouve un franc succès malgré l’éloignement des lieux touristiques parisiens (et le scepticisme de leur fils!).

 Grégoire Mallet, directeur marketing de VVF Villages

VVF Villages est une association. C’est le premier opérateur de résidence associative. Très orienté responsable, une réduction est proposée aux clients en fonction du quotient familial pour aider les familles à partir en vacances. Les villages de vacances sont à taille humaine. G. Mallet nous explique qu’ils viennent de signer leur 200ème contrat d’avenir et développent l’emploi dans les zones où il en manque. VVF Villages se développe surtout là où les concurrents ne sont pas : 80% des villages ne sont pas proches du littoral. Les 5 valeurs défendues par VVF Villages sont :

  • Bonjour
  • Découverte
  • Partager
  • Envie
  • « cent gages »

VVF Villages mise sur l’humain pour son aspect social et solidaire : intégration, soirées, rencontres, découverte des territoires.

Plein d’humilité, G. Mallet nous informe que VVF Villages accueille 400.000 vacanciers par an, avec un taux de satisfaction de 97%.

Marc Arthur Gauthey, connecteur tourisme chez Oui Share

Nous avons tout d’abord le droit à une belle définition du collaboratif. Pour M.A Gauthey, le collaboratif est synonyme d’échange avant, pendant et après via le Web pour faire des choses dans la vraie vie. C’est le principe même de AirBnB ou de Oui Share. Un sondage rapide de la salle prouve que le collaboratif est bien ancré, même si le panel n’est pas représentatif.

En découlent quelques paradoxes sur ces nouveaux touristes qui ne veulent pas l’être, qui fuient les endroits les plus fréquentés en suivant un guide vendu à … 400.000 exemplaires. Certainement le moment le plus passionnant de ce débat.

Conclusion par Gilles Caire

G. Caire reprend la parole pour conclure cette table ronde en focalisant sur le rôle des enfants au sein du collaboratif. Les enfants sont le lien entre les différentes familles qui se retrouvent dans une maison d’hôtes ou en village vacances. N. Ferrary rappelle aussi qu’un but du tourisme collaboratif et solidaire est de créer du lien et surtout de le garder après le séjour. Il cite l’exemple d’un voyageur ayant fait le tour du monde et ayant été exclusivement hébergé chez des personnes qu’il avait logées auparavant via AirBnB.

Séances de questions/réponses

Table ronde

Merci à tous les participants !

L’accessibilité des personnes handicapées a été soulevée. VVF Villages et AirBnB indiquent clairement sur leur site si le logement possède l’équipement nécessaire pour accueillir des personnes handicapées. Une interrogation est soulevée sur l’environnement se trouvant autour des logements.

Nous avons également découvert que AirBnB ne rejette pas l’idée d’ouvrir de nouveaux services, toujours dans l’optique de faciliter la vie des voyageurs.

 

 

Enfin, en guise de conclusion, A. Dupon nous explique qu’en France, le focus est mis sur l’accueil des touristes (notamment les chinois) plutôt que sur le solidaire et le local.

1 COMMENTAIRE

Répondre

Solve : *
30 + 6 =