Accueil Non classé Fête du nouvel an à Rangoun en Birmanie

Fête du nouvel an à Rangoun en Birmanie

0

Tuyau d’arrosage dans chaque main, casquette en plastique vissée sur la tête, tout le monde s’asperge allègrement… pour leur plus grand plaisir! À Rangoun, la capitale de la Birmanie, pendant Thingyan le Nouvel An bouddhiste, du 12 au 16 avril – pas question de passer entre les gouttes: l’enthousiasme est proportionnel au degré d’humidité. Karcher, lance à incendie, pistolet à eau, bouteille … Tous les outils sont bons pour tremper les badauds échaudés par les 40 °C ambiants.

Pourquoi cet étrange rituel ? Symboliquement, l’eau lave les péchés de l’année écoulée, et apporte paix et chance pour l’année à venir. Les bouddhistes, qui représentent 90 % de la population, descendent en masse dans les rues pour célébrer cette fête qui marque la fin de l’année scolaire et le début des vacances d’été. A l’arrière des pick­up qui sillonnent les villes, des dizaines de jeunes en longyi – le sarong traditionnel-, dansent au son des derniers tubes occidentaux et birmans.

Dans ce pays où près de 45 % de la population a moins de 25 ans, l’ambiance s’apparente à celle des soirées à Ibiza. Une analogie qu’apprécierait peu le nouveau gouvernement, mis en place en avril dernier: celui-ci a exhorté les fêtards à« respecter la tradition». Comprendre: porter des vêtements «décents» et réduire la consommation d’alcool. Au dernier jour des festivités et jour officiel du Nouvel An, la musique cesse. En bordure des lacs, les Birmans relâchent des poissons pour améliorer leur karma, se rendent à la pagode pour déposer des offrandes, partagent le repas en famille et prennent de bonnes résolutions pour l’année à venir.

PAS DE COMMENTAIRE

Répondre

Solve : *
28 × 22 =